La rive

Le ciel de Grand-Lieu moutonne d’épais nuages. Ils traînent, s’effilochent et cherchent vainement leur reflet dans l’eau du lac. Le vent du nord ride sa surface. Sous ce frémissement, un calme puissant s’élève de l’eau paresseuse. Cette présence tranquille et sans visage règne sur le petit port d’hiver de Passay, dit La Rive. Celui-ci se devine aux parties émergées des viviers ébène, aux quelques bateaux traditionnels ou de facture plus récente amarrés au gré des opportunités : ici, une talle* de saules, là, un poteau électrique en ciment.

Port d’hiver de Passay, la Chevrolière – F.Pacreau

La Rive est une localité, un point haut. La décrue et la régulation des niveaux d’eau engagent un interrègne au cours duquel le modeste port recule avec plus ou moins d’aléas pour finalement se retrancher au port d’été, appelé Grain d’avant. L’espace découvert devient une autre rive, comprise cette fois dans son sens commun, comme une portion de terre bordant une étendue d’eau. Ici, jamais elle ne se divise, ni ne s’oppose, dans le binaire « rive droite, rive gauche ». La rive est une, sinueuse, imprécise, inconstante, simplement marquée par la tutelle des points cardinaux et des clochers situés sur les différentes communes riveraines. Parfois, des camions dont les roues trempent dans l’eau, semblent sortir du lac. Ils sont un autre indice de l’activité portuaire. A leur retour, les pêcheurs ouvrent leurs larges portes arrière et y transfèrent la pêche du jour : écrevisses, anguilles ou, dans de moindres proportions, carpes, brochets, gardons, brèmes et sandres. Mais pour l’heure, les sept pêcheurs ramendent leurs filets.

Port d'été, Passay, La Chevrolière - F.Pacreau

Port d’été, Passay, La Chevrolière – F.Pacreau

Ces hommes du lac ne prêtent plus la même attention à la floraison de l’aubépine. Auparavant, les brouillards de fleurs blanches marquaient le début de la saison, les verveux s’emplissant alors d’anguilles jaunes. Désormais, les contingences naturelles ne sont plus seules à dicter l’action de pêche. Il importe d’agir conformément à la législation en vigueur. Aussi, la reprise des captures d’anguille se fera-t-elle au 1er avril. La réglementation calendaire est une des mesures adoptées pour limiter les menaces qui planent sur la survie du poisson migrateur. Les pêcheurs savent que leur métier n’est pas au bout de ses métamorphoses, pas plus que ne le sont nos habitudes alimentaires ou encore les principes de gestion des ressources naturelles. A Grand-Lieu, depuis quelques années, les précipitations hivernales et les périodes de sécheresse estivales semblent s’intensifier. L’esquisse plausible du changement climatique ajoute à l’incertitude de la rive.

Passay, Patrick Mignon, c'com chat

Passay, Patrick Mignon, c’com chat

Nénuphar, Patrick Mignon, c'com chat

Nénuphar, Patrick Mignon, c’com chat

Entre le port d’été et le port d’hiver, sur cet espace que l’eau envahit puis déserte, sur ce lieu d’allées et venues quotidiennes des pêcheurs, se perpétue chaque année au 15 août, un temps fort, garant de la cohésion et de la continuité de la petite communauté. La rive devient le théâtre de la fête des pêcheurs. Sous l’envoûtement du soleil, les vasières découvertes et vulnérables enserrent le lac scintillant. Les nénuphars blancs et jaunes s’épanouissent dans une paisible harmonie, pétale à pétale, sans bruit. La grâce séraphique du lac s’insinue dans les rires et les conversations des milliers de visiteurs. La rive délivre encore cette impression de connivence entre la pêche séculaire et l’onde immémoriale.

Fanny Pacreau

* Talle, n.f, terme vernaculaire désignant un groupement de végétaux comme une touffe, un bosquet.

Mes précédents carnets

Fritillaria meleagris L., 1753, Carnet n°14, Fanny Pacreau, Janvier 2016.


5 réflexions au sujet de « La rive »

  1. As-tu réessayé la teinture avec les racines de nénuphars (nénufars) ?
    Ta robe était bien jolie !

    • Non l’expérience est restée unique pour ma part ! Une aventure que relate le joli petit livre De l’immobilité du voyage réalisé par l’artiste-scientifique Paul-Armand Gette en 2002 et édité par Joca Séria.

      • A la découverte de ce site par hasard, je comprends et ressens les mêmes rives de ce grand lieux, comme les miennes propres dans ce récit, de ce que je vois de mes yeux. Elles, en effet, s’adaptent au temps qui passe et les saisons trépassent. J’envie le passé ou tout était réglé presque comme du papier de cette musique dont j’entends encore les notes de la pêche à la grenouille, les anguilles ou les bosselles, des foins d’été, des transhumances de prés à prés dénuées de tout semble-t-il aujourd’hui de ce qui en faisait la richesse nourricière, hier. Et, ce n’est plus le même son de cloche de nos jours, ce que vous évoquez, d’un clocher à l’autre, d’une rive à l’autre. Il faut suivre. S’adapter comme les rives changent à la montée, à la descente, refont les bords comme des marées, comme ces marais de Grand-Lieu. Même si elles débordent, elles remplissent encore le fond de mon âme inconditionnelle de ce pays sage dont vous percez les secrets avec modernité.

  2. Bravo Fanny,
    ton texte met en relief, si on peut parler de relief pour le lac de grand lieu :-), cette sensation d’être au bord d’un autre monde, quand je m’approche du lac, les pieds sur la rive…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *