Histoires de dépotoirs

 

Oeuvre de Laure Feyen à base de collage de papier artisanal, peinture à l'huile et inclusion de diverses récupérations : rondelles, disque usé de disqueuse, rayons de vélos.

Sans titre Laure Feyen Proposition à base de collage de papier artisanal, peinture à l’huile et inclusion de diverses récupérations : rondelles, disque usé de disqueuse, rayons de vélos.

Le dépotoir s’offre comme un univers de chaos où le visiteur cherche à se faire surprendre. Marchant sur les subversives substances, il quête au ras d’un sol instable ce dont le lieu regorge : possibilités, opportunités, commencements. Pas à pas, sa musardise trame l’espace. Il tente de déchiffrer les rébus camouflés dans la masse des rebuts. Parmi ces matières et objets tombés en déshérence, certains sont des récits repliés sur eux-mêmes en attente d’un auteur, des potentiels en attente d’un découvreur, des fragments de sens en attente d’un inventeur.

Afin que le marcheur devienne créateur, il se doit de baguenauder, d’observer, de s’ouvrir à la part cachée des déchets et laisser aller sa pensée. Au gré de cette apparente flânerie, il finira peut-être par se saisir comme d’un trophée, d’une poignée de porte, d’un bout de corde, d’un vieux grille-pain… Pour autant, la satisfaction de la trouvaille ou la gloire d’un sauvetage ne s’affichent pas. Souvent solitaires, les victoires du dépotoir sont modestes et intérieures car tout reste encore à faire, nettoyer, bricoler, arranger.

L’atypie de la décharge, ses improbables amalgames, sa dangerosité aussi, donnent parfois aux histoires de dépotoirs une dimension épique, mais les déchets trouvés, preuves de cette aventure, n’ont pas cette épaisseur. Rognures de l’ordinaire, leur insignifiance consume bien vite l’idée de leur existence, tuant dans l’œuf la possibilité d’en garder le souvenir. Des années après la fermeture de ces dépotoirs, mes interlocuteurs en livrent cependant quelques vestiges. Ainsi, dans le récit de l’un d’eux, s’engrave le pot de fleurs. Il ne cesse d’apparaître ici et là. Petite image réitérée presque rythmiquement, le pot de fleurs n’est plus seulement une réalité épisodique et anecdotique, il se fait aussi outil du discours. La véracité du témoignage n’en est en rien altérée. Elle se trouve simplement ramassée sur elle-même, comme renfermée dans ce pot. Happée par l’instantanéité de l’échange, mon interlocutrice se raccroche au déchet trouvé, emblématique de son expérience. Sa belle trouvaille, cet objet d’intérêt ricoche au fil de son exposé. Le pot de fleurs fonde un repère dans l’hétéroclisme et l’informité des ordures. Il signe la trace d’une absence (Rykner, 2000). Comme l’arbre cache la forêt, le pot de fleurs masque et résume à la fois tous les déchets trouvés oubliés. Il survit dans sa mémoire et son propos alors que d’autres déchets trouvés en ont disparu.

Les mots ne viennent pas toujours montrer les choses, leur laisser la place. Valère Novarina parle en cela de drame géologique de la parole : le langage est une terre, un sol : ici sont des ondulations, là des traces, des failles ; ici des soulèvements, des entrailles, des plis ; là des effondrements, des gouffres ; ici des poussées. La langue est une matière innommable, invisible et très concrète, sédimentée. Elle bat, elle ondule, va et vient (Novarina, 2010). Sans ces mots d’appel du réel, les histoires de dépotoirs se décharnent, unanimes dans l’exhibition de leur structure : des récits d’adultes sur l’enfance encore avides de péripéties et d’aventures.

Les narrateurs évoquent leurs entreprises dans un décor en perpétuel brassage, régulièrement compacté par le passage de bulldozers. Le dépotoir représente pour bon nombre d’entre eux un véritable terrain de jeu. Sans être attachés aux choses, ni désireux de les posséder, un vieux pneu, un fer à repasser, sont la porte d’un monde où risquer de casser, d’abîmer, n’impacte pas les règles et autorise à plus de latitude. C’est à cette autre façon de jouer sans jouets (Manson, 2005) que Laure Feyen fait référence : Depuis que je suis toute petite, j’ai toujours adoré ça. C’était, je ne sais pas, une caverne d’Ali Baba. Quand on est môme, on peut se faire des cabanes. On peut jouer là-dedans : y’a toujours de vieux fauteuils. J’ai trouvé ça pour m’amuser, ça m’est resté. J’ai fait ça depuis toute petite, depuis que j’ai une dizaine d’années, que j’ai le droit d’aller vadrouiller un peu seule.
Sur la décharge, la liberté marivaude avec le nauséabond, le sale, le risque, le danger pour composer son ineffable attraction. Se confronter à ces valeurs, en ressortir vainqueur, voilà toute l’épopée. Une fin en soi.

Fanny Pacreau

Pour approfondir :
RYKNER Arnaud, Paroles perdues. Faillite du langage et représentation, Paris, José Corti, 2000.
MANSON Michel, Histoire(s) des jouets de Noël, Paris, L’anthropologie du coin de la rue, Editions Téraèdre, 2005.
NOVARINA Valère, Devant la parole, 1999, Mayenne, POL éditeurs, 2010.

Mes précédents carnets  :

Destination vacances, Carnet n°9, Fanny Pacreau, Août 2015.

Cache-misère ou l’intégration paysagère des lieux de déchets, Carnet n°8, Fanny Pacreau, Juillet 2015.

Obsolescence, Carnet n°7, Fanny Pacreau, Juin 2015.

S’ériger en gardien, Carnet n°6, Fanny Pacreau, Mai 2015.

Le miel de déchetterie, petite histoire de déchets dont le devenir naturel nous échappe… Carnet n°5, Fanny Pacreau, Avril 2015.

Cimetière, Carnet n°4, Fanny Pacreau, Mars 2015.

A toute forme utile, Carnet n°3, Fanny Pacreau, Février 2015.

Marie abandonnée, Carnet n°2, Fanny Pacreau, Janvier 2015.

Sur la plage, coquille vide et laisse de mer, Carnet n°1, Fanny Pacreau, décembre 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *