Destination vacances

Nous profitons de l’étiage d’été pour remonter le lit de la rivière. Un chaos crayeux de pierres de toutes tailles semble attendre la crue pour reprendre sa course désordonnée. Poussés par le courant, les cailloux dévaleront alors le cours du flot turbulent jusqu’à l’été suivant. Ensuite, son tarissement les figera dans un nouveau désordre immobile. La nature organise à son échelle de facétieuses parties d’ « 1, 2, 3, soleil » !

IMG_20150727_102001-001Tout au fond de la gorge, nous arpentons en ligne l’assec blanchâtre dans nos combinaisons carmin de spéléologues. Petites fourmis rouges, nous nous infiltrons les uns après les autres par une fissure dans la paroi calcaire. Premiers contrastes avec l’extérieur : sensation de fraîcheur et lumière nettement plus tamisée. Au fur et à mesure de notre progression, nous devons étreindre la roche toujours davantage : d’abord s’agenouiller puis l’épouser, se courber pour finir par ramper.
A la faveur d’une chambre, un peu plus libres de nos mouvements, nous éteignons les lampes de nos casques « pour voir ». Une insondable nuit de goudron se plaque sur nos visages, efface leurs expressions avides de surprise. La noirceur engloutit tout : le rouge pompier des tenues, nos ombres qui dansaient, confuses mais véhémentes, une évocation un peu folle de l’Allégorie de la caverne. Contrairement aux créatures aveugles qui peuplent cet univers, nous nous découvrons soudainement inadaptés. L’ouïe vient à notre secours. Dans les murmures et les frôlements, elle devine des présences, puis détecte un clapotis quelque part sous nos pieds. Le long d’une faille, un filet d’eau suit sereinement son chemin.
Omniprésent, le liquide cristallin ouvrage la masse. Chimiquement, mécaniquement, il sculpte, érode, ravine… Il invente à son gré le vide dans le plein. L’été, le vent et les courants d’air s’invitent volontiers dans le dédale de ses créations. On devine l’onde ravie de son emprise quand s’élèvent à notre passage de petits clapots comme autant d’applaudissement à sa propre gloire et des bruits d’enfants pataugeant joyeusement dans les flaques.
Grâce à son patient travail, nous voilà au cœur d’une formation jurassique, évoluant dans les sédiments d’une mer disparue ; sédiments surélevés à la suite de la surrection des Alpes et des Pyrénées. Ces sédiments suspendus, ce sont les Grands Causses dans lesquels le Tarn et la Jonte ont creusé au fil du temps des gorges profondes, des cavités souterraines, failles et fissures.
Du tréfonds de ma « destination vacances », allongée de tout mon long dans un boyau étroit, le tissu de ma combinaison imbibé d’eau glacée entravant mes mouvements, je me demande si l’aventure est bien sérieuse. Mes repères sont à la dérive. Je suis perdue dans la nuit en pleine journée, rampant dans un sous-sol en altitude, dans un passé géologique qui devient mon présent. J’oscille entre des sensations contradictoires, de l’excitation de la découverte à l’angoisse claustrophobe, de l’impression d’avoir trouvé refuge à celle d’être prise dans une nasse.
Je n’ai aucun objectif scientifique, aucune raison importante et probablement suffisante pour me livrer à cet exercice. Il s’agit pour moi de loisirs, d’une forme inédite de « consommation de la nature ». Il me faut suivre le guide, accepter de ne rien savoir. C’est peut-être la vertu de cette expérience : ce constat d’ignorance qui invite à l’humilité. Et en définitive, une certitude à laquelle m’agripper…

Fanny Pacreau

Mes précédents carnets  :

Cache-misère ou l’intégration paysagère des lieux de déchets, Carnet n°8, Fanny Pacreau, Juillet 2015.

Obsolescence, Carnet n°7, Fanny Pacreau, Juin 2015.

S’ériger en gardien, Carnet n°6, Fanny Pacreau, Mai 2015.

Le miel de déchetterie, petite histoire de déchets dont le devenir naturel nous échappe… Carnet n°5, Fanny Pacreau, Avril 2015.

Cimetière, Carnet n°4, Fanny Pacreau, Mars 2015.

A toute forme utile, Carnet n°3, Fanny Pacreau, Février 2015.

Marie abandonnée, Carnet n°2, Fanny Pacreau, Janvier 2015.

Sur la plage, coquille vide et laisse de mer, Carnet n°1, Fanny Pacreau, décembre 2014.


2 réflexions au sujet de « Destination vacances »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *