Cache-misère

ou l’intégration paysagère des lieux de déchets

L’ancienne décharge jouxte la route départementale. Toutefois, ce n’est qu’en s’engageant dans une voie transversale, que la présence d’un portail métallique en bordure de champ vient rompre l’homogénéité du paysage. Entrebâillé, aucun panneau n’interdit l’accès. À l’intérieur, en plus de sa flore, la prairie compte des cartons et divers objets en plastique : sacs, bidons, bassine cassée aux nuances rouge délavé, etc. Un grillage aux prises avec les ronces enceint tant bien que mal le site. Plus loin, un autre portail, cadenassé celui-là, vient à nouveau concentrer l’attention. Mangé par la rouille, il perpétue une apparence qui ne semble plus être reliée à rien d’existant (Brook, 1977 : 29). Brisures anecdotiques d’un univers caché, en perte de sens, ces éléments renvoient avec force à l’histoire du lieu.
A travers ces hétéroclismes, on peut lire autant de manifestations d’une idée invisible, comme des contradictions consumant la vraisemblance extérieure, des brèches dans le monde vécu. Subtilement provocants dans la dialectique paysagère, ces points de rupture sont assimilables à des anomalies, n’ayant de raison d’être que par rapport à la norme qu’ils révèlent. Les défaillances de ce tableau champêtre s’offrent comme des passages d’une espèce singulière et invitent à une exploration : mettre à jour ce qui gît derrière l’apparente harmonie d’un paysage ordinaire.

portail_déchargeLa décharge est une ancienne carrière. Lorsqu’elle n’a plus été économiquement attractive, les détritus ont comblé la profonde excavation laissée par cette industrie dans le paysage cultural. Une épaisse couche de terre est étalée, parachevant le processus d’enfouissement. Aujourd’hui, les détritus sont cachés sous le tapis végétal. Par sa banalité, son humble et commune apparence dans le contexte paysagé, la prairie, à son tour, collabore à l’oubli.
Anciennes décharges ou nouveaux sites tels que les déchetteries, tous se plient aux injonctions de l’intégration paysagère. Celle-ci qualifie l’impression qui résulte de la perception d’un ou de plusieurs objets dans un espace donné. Elle est de ce fait une représentation subjective.
Pour les initiés, l’intégration paysagère renvoie à la façon dont un aménagement ou une modification du cadre matériel, d’un espace, va prendre place dans ce qui lui préexiste, sans que les connotations de ce nouveau cadre ne viennent contredire les normes et principes vécus et/ou mis en œuvre jusque-là. Elle promeut la permanence du paysage et, ce faisant, prescrit son artificialisation lorsque des hiatus viennent la contrarier. La forme architecturale, urbaine, les matériaux, la végétation, la densité, la diversité de ces nouveaux objets sont les bases des critères pris en compte. En la circonstance, sur la décharge, cette technicité concourt à forger un « semblant d’espace vide ». En effet, l’effort d’intégration paysagère accompagnant sa post-exploitation a façonné son imperceptibilité. Ainsi, l’ancienne décharge se « fond dans la masse ». Seules quelques anomalies trahissent l’effort d’imitation, coutures apparentes de registres discordants dissimulant mal l’intention connexe : « circulez, il n’y a rien à voir ».
En refoulant sous la terre, on efface une réalité, on la plonge dans l’oubli. Telle qu’elle est appliquée ici, l’intégration paysagère semble mettre en œuvre un mécanisme d’occultation. La prairie est une chape interdisant désormais de toucher ou de dire ce que l’on ne voit plus. Elle matérialise un seuil, celui où la pensée s’arrête (Jeanjean, 2006 : 13).
décharge_ciel_ouvertQuinze années après sa fermeture, malgré sa banalisation, le lieu conserve une petite attraction pour les déchets comme en atteste la persistance de dépôts sauvages. La prescription formulée par l’administration sur la nécessaire surveillance de ces sites devait être basée sur une expérience vérifiée et réitérée d’une forme de systématisme, d’inertie des habitudes. Elle indique une stigmatisation pérenne des lieux de déchets. Ce constat humanise l’implacabilité des stratégies d’aménagement en révélant leur partielle imperfection et inefficience. Ces transgressions disent l’impossibilité de tout prévoir, de tout contenir et le besoin d’affirmer d’autres voix que celles des schémas, aussi parfaitement pensés soient-ils. Elles révèlent de l’homme ordinaire, sa volonté et sa capacité silencieuse à se soustraire d’une conformation absolue à la Raison technicienne.

Fanny Pacreau

Pour approfondir :

Brook, Peter, L’espace vide, Paris, Seuil, 1977.
Jeanjean, Agnès, Basses Œuvres, Paris, Editions du CTHS, 2006.

Mes précédents carnets  :

Obsolescence, Carnet n°7, Fanny Pacreau, Juin 2015.

S’ériger en gardien, Carnet n°6, Fanny Pacreau, Mai 2015.

Le miel de déchetterie, petite histoire de déchets dont le devenir naturel nous échappe… Carnet n°5, Fanny Pacreau, Avril 2015.

Cimetière, Carnet n°4, Fanny Pacreau, Mars 2015.

A toute forme utile, Carnet n°3, Fanny Pacreau, Février 2015.

Marie abandonnée, Carnet n°2, Fanny Pacreau, Janvier 2015.

Sur la plage, coquille vide et laisse de mer, Carnet n°1, Fanny Pacreau, décembre 2014.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *