Grande marée

L’estran est immense. À perte de vue, les rides de sable humide exposées aux vents exhalent des relents marins putrides. Hormis quelques flaques disséminées ici et là, la masse liquide de l’océan semble s’être évaporée. C’était il y a six semaines. Le jour et la nuit rivalisaient de justesse : douze heures chacun, pas plus, pas moins. Deux fois l’an, dans cet exact équilibre qu’est l’équinoxe, les astres décuplent leur force d’attraction. Au retrait de l’eau succède un autre mouvement, celui d’une marée humaine couvrant la grève. Equipés de bottes et de paniers, les pêcheurs à pied font de ce vide leur territoire. Solitaires, par couples ou en petits groupes, ils fouillent le sable avec avidité. S’oubliant à la tâche, rien d’autre n’existe vraiment hors de ce petit espace dense qu’est l’ici et maintenant. Ils y sombrent éperdument, laissent dévider le fil de leur pensée. Alors le monde n’entoure plus le petit peuple de pêcheurs mais le traverse, le constitue. Du rivage s’élève un murmure, celui du grattement des griffes métalliques sur le sable.

Et ils grattaient, et ils grattaient… c’com chat, 2016

Fièvre du coquillage et du crustacé, compulsion de collectionneur ? Par crainte du pillage, nombre de réglementations sont entrées en vigueur. Dans chaque département côtier, sont fixés les quantités et tailles légales pour chaque espèce ainsi que les engins autorisés pour les prélever. Il peut arriver que la pêche à pied soit temporairement interdite, si la consommation de la récolte présente un risque. C’est le cas lorsque la surveillance sanitaire met en évidence une contamination microbiologique, liée à un incident sur des réseaux d’assainissement ; ou par phycotoxines, conséquence de la présence de certaines micro-algues ; ou encore de nature chimique, suite à une pollution accidentelle. Certains pêcheurs ignorent, sciemment ou pas, les arrêtés censés les alerter, affichés à l’entrée des plages.

Apprentis pêcheurs, F.Pacreau, 2016.

Apprentis pêcheurs, F.Pacreau, 2016.

Dans leur élan, les pêcheurs métamorphosent la physionomie de la grève. Une myriade de menus trous d’eau défigure les vaguelettes de sable laissées par le reflux. Issus de l’effort d’extraction, de petits monticules noircis de vase bordent ces œuvres éphémères. La marée montante se chargera de tout effacer. Soustraits à leur habitat, les coquillages fouisseurs repartiront, quant à eux, dans les paniers. Simplement cueillis, des bigorneaux leur tiendront compagnie. Les pêcheurs arrachent aussi aux rochers, à quelques gestes techniques près mais dans la même courbure des corps, des bivalves non fouisseurs, comme les moules ou les huîtres. Au large, leurs semblables cultivés, s’égouttent sur de longues lignes bien rangées de bouchots et de poches ostréicoles.
Mais qui sont donc les pêcheurs à pied ? Des locaux, des habitants de l’arrière-pays tissant ainsi leur relation à la mer. A travers des connaissances sur la nature environnante, des savoir-faire telles que les techniques de pêche, des compétences spécifiques comme les inventions d’un patrimoine culinaire lié à la mer, il s’agit tout simplement de vivre son identité littorale. Un grand nombre de touristes vient également pêcher pour goûter et s’approprier cette manière d’être au monde, cette force d’appartenance à un lieu.

Pêcheurs de palourdes, F.Pacreau, 2016.

Pêcheurs de palourdes, F.Pacreau, 2016.

Erratiques, les uns et les autres se déplacent avec plus ou moins d’assurance. Entre l’itinérance hasardeuse de celui qui gratte au petit bonheur la chance et les regards scrutateurs de la pêche au trou, s’invente un panel varié dans l’art et la manière de pêcher à pied. Et lorsque la marée remonte ou que raideurs ou douleurs s’installent dans les corps courbés, agenouillés, il se fait temps alors pour le pêcheur de rentrer.

Fanny Pacreau


Une réflexion au sujet de « Grande marée »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *