Confluence Erdre-Loire

Ça se passe en plein Nantes, au point de jonction entre le quartier Saupin/Gare sud et la cité des Congrès. L’agitation de la ville et la nonchalance de la Loire, chacune à leur manière, distraient le passant de ce qui se joue là certains soirs. Benoîtement, une complaisance complice se crée avec les apparences. D’où je suis, je la vois aveugler ces touristes traversant la passerelle métallique de l’écluse Saint-Félix. Je me laisse glisser le long de la berge abrupte de la Loire. Une fois en bas, j’ai gagné des mains et des fesses de jean sales, en plus d’une tenace odeur de vase. Sûr que je ne vais pas arranger mon cas lorsqu’il faudra remonter. J’aurai bonne mine en reprenant mon rôle de passante ! Mais après tout, c’est ce que je voulais : vérifier par moi-même, rechercher les preuves indiciaires, donner corps aux dires de mes informateurs. Cette sente à la verticale que je viens d’emprunter et qui se prolonge ensuite au bord de l’eau, c’est un bon début. La végétation foulée montre que je ne suis pas la première à passer : c’est un des chemins empruntés par les braconniers…

L’écluse Saint-Félix et le grand cormoran, c’com chat, 2016

M’y voilà donc, en lieu et place de l’un des plus hauts sites de braconnage de civelles ¹ français. Bien planquée dans la végétation, je savoure mon privilège et son arrière-goût de solitude. Il y a cette odeur de poussière mouillée dans l’air comme après l’orage. Une petite pluie fine grenelle silencieusement la surface de l’eau. La vanne déversoir de l’écluse laisse chuter dans un bruit de ressac assourdissant, l’eau de l’Erdre dans la Loire. Une maigre écume jaunâtre en ressort et dérive, s’échouant en partie sur de petites digues de pierres édifiées le long de la berge, tout près de moi. Secrètement, le sentier dessert ces constructions précaires. Elles sont les éléments d’un dispositif de capture, des empreintes de braconniers à peine lisibles mais quasi permanentes dans cette nature urbaine.

Pendant la saison de leur remontée, les civelles longent ces arêtes de pierre édifiées par leurs soins. Sur ce chemin, les braconniers veillent et les interceptent avec de larges tamis. Aux abords des berges, l’éclairage public volontairement détruit doit maintenir pénombre et discrétion pendant les nuits de pêche illégales. Des guetteurs, postés ici et là dans les rues adjacentes, donnent l’alerte en cas d’opération de police.
La fermeture des marchés légaux participe à un ensemble de mesures mises en place pour réduire la mortalité de l’anguille. Les pêcheurs professionnels n’ont plus le droit d’exporter leur pêche vers l’Asie et notamment le Japon, gros consommateur de civelles. Cependant, des marchés noirs existent. Pour les alimenter, l’écluse est le coin parfait. Ayant remonté l’estuaire et irrésistiblement attirées par l’eau douce, les civelles cherchent à s’établir dans l’Erdre. Groupées en cordon, elles tournent et virent devant les portes en acier peint de l’écluse. Si l’ouvrage est devenu indispensable à la navigation entre l’Erdre et la Loire ou pour empêcher le refoulement des eaux du fleuve dans le canal, il est aussi un obstacle quasi infranchissable pour les poissons migrateurs. Leur capture par les braconniers s’en trouve donc facilitée.

anguille-argentee

Anguille argentée, Patrick Mignon, c’com chat

Par un classement des cours d’eau en deux catégories hiérarchisant les priorités à donner et imposant certaines obligations aux propriétaires d’ouvrages, la législation européenne et française cherche à résoudre les problèmes posés par ces ouvrages bloquants. Pour rétablir la continuité écologique2, il existe bien quelques stratégies et dispositifs autres que l’effacement pur et simple des ouvrages hydrauliques. L’écluse est d’ailleurs équipée d’une passe à civelles et lorsque les conditions sont propices, des éclusées sont réalisées. Les portes sont alors ouvertes pour laisser passer les cordons de civelles jusqu’à l’Erdre. Les anguillettes peuvent ainsi coloniser la rivière, s’y établir et grandir. D’anguilles jaunes elles deviendront anguilles argentées. Et quelques années plus tard, lorsque sous cette dernière forme, elles repartent pour aller se reproduire dans la mer des Sargasses, il leur faut refranchir l’écluse sans s’écraser sur le radier de béton.

Noyées sous la masse d’eau, toutes ces problématiques sont invisibles. La Loire est calme. Des vaguelettes courtes glissent vers la ville. L’humidité poisseuse me colle au visage. Un grand cormoran se pose au pied de l’écluse. Comme les passants, il ignore tout de ces enjeux migratoires mais partage avec les braconniers l’expérience maintes fois vérifiée, qu’ici la pêche est bonne. La silhouette au plumage charbon plonge dans l’eau grise. Par jeu, je chronomètre son apnée : 1, 2, 3… 34 secondes. Il émerge un peu plus loin et recommence : 1, 2, 3… 54 secondes. Son corps sombre, discret, presque insignifiant réapparaît puis décolle. A-t-il trouvé à se nourrir ? Je regarde son vol rasant s’étendre sans fin vers les terres. Je l’ai perdu. Je ferme les yeux et respire à pleins poumons les relents de la ville, l’odeur de la Loire. Bientôt, il fera noir.

Fanny Pacreau

1 Civelles : alevins d’anguilles.
2 Continuité écologique : elle se définit par la circulation des espèces et le bon déroulement du transport des sédiments.                                                                             

Mes précédents carnets

Sur le fil, Carnet n°17, Fanny Pacreau, Mai 2016.

Horizons, Carnet n°16, Fanny Pacreau, Mars 2016.

La Rive, Carnet n°15, Fanny Pacreau, Février 2016.

Fritillaria meleagris L., 1753, Carnet n°14, Fanny Pacreau, Janvier 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *