Sur le fil

La perception balbutie sans fin. Elle se recompose sous l’effet de ce qui est compris, ressenti, appris, oublié, montré, ignoré… Ma vision de la nature était un magma de formes et de couleurs, un chaos de catégories vagues, avant les sensations, l’observation, les expériences. Avant que ces différentes strates ne s’hybrident aux savoirs naturalistes glanés ici et là. Dans ce fantastique bazar, des contours se dessinent, des formes émergent. Le printemps devient une chronique de signes et de faits précis. Parmi eux, le chant scandé de la huppe fasciée. Plumage zébré, huppe démesurée, un oiseau pareil ça met les sens en éveil. Et dire que pendant des années son exotisme m’a échappé ! Pourtant, elle était forcément là, quelque part. Mais indistincte et cachée parmi les autres. Et sa musique si typique, un rythme confus, perdu dans la multitude des chants d’oiseaux.

Hirondelles de fenêtre et de cheminée, Patrick Mignon, c’com chat

Hirondelles de fenêtre et de cheminée, Patrick Mignon, c’com chat

Je parie ensuite sur l’arrivée du coucou et mets quelques pièces dans ma poche. C’est censé m’attirer prospérité si je l’entends chanter pour la première fois de l’année. Un peu de pensée magique, je trouve ça poétique ! Mais ce matin-là, le coucou s’est fait devancer. Sur le fil électrique, deux hirondelles de cheminée se sont posées. Depuis l’enfance, je suis témoin de cette connivence. Les oiseaux et les lignes aériennes composent les paysages. Fin septembre, les chemins empruntés par la fée électricité sont un point de ralliement pour les hirondelles. Leurs frêles silhouettes s’y rejoignent comme des notes en train de s’écrire sur une partition. Elles y piaillent jusqu’au départ, puis laissent leur place sur le fil aux oiseaux qui ne migrent pas, à ceux qui, comme moi, resteront là, abandonnés à l’automne.
A bien y réfléchir, il en a toujours été ainsi : des hirondelles sur le fil électrique. Impossible pour moi d’imaginer un avant, un autrement. Pourtant, en milieu urbain, les poteaux sont progressivement supprimés. Et les fils disgracieux disparaissent du ciel, enfouis sous terre. Il s’agit de préserver le paysage. Dans une moindre mesure, il faut aussi sécuriser le réseau et malgré les tempêtes, maintenir un service sans coupures. En cas d’inondations, la conversion des lignes aériennes en lignes souterraines pose d’autres problèmes. À regarder les hirondelles, d’autres questions me viennent. Où iront-elles quand, dans ma ruralité, les lignes auront aussi été déplacées ? Et quel impact sur le petit peuple souterrain peut bien avoir le réseau de câbles déménagés sous terre ?

Fanny Pacreau

Pour approfondir : 

Larrère, Catherine & Larrère Raphaël, Penser et agir avec la nature. Une enquête philosophique, Paris, éditions la découverte, 2015.

Leopold, Aldo, A sand County Almanac ans sketches her and there, New York, Oxford University Press, 1949.

Mes précédents carnets

Horizons, Carnet n°16, Fanny Pacreau, Mars 2016.

La Rive, Carnet n°15, Fanny Pacreau, Février 2016.

Fritillaria meleagris L., 1753, Carnet n°14, Fanny Pacreau, Janvier 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *