Horizons

Tour n°5, Bout des Pavés, Nantes, 2016, F.Pacreau

9ème étage d’une tour HLM, 1990
Une adolescente regarde par la fenêtre de son appartement le dédale labyrinthique des rues et des différents quartiers. La vaste étendue de formes géométriques est incrustée d’alignements végétaux comme autant d’algorithmes vitaux. Splendeurs d’une vie en hauteur ! Mais l’électrisant surplomb et la sensation de dominer le monde échouent sur la ligne d’horizon. La succession infinie des blocs de béton lui donne à penser que, peut-être, la ville recouvre le monde…

Deux longues rues délimitent et enclavent la cité. Le grand ensemble joue au paquebot de croisière. Il navigue sur l’immensité urbaine, cherchant vainement un ailleurs. L’idée de vivre dans ce solide rempart à l’étalement urbain ne peut suffire à contenter la jeune fille. En haut de l’immeuble, jamais ne jacassent les choucas des tours. Ils préfèrent les clochers ou les ruines élevées d’anciens châteaux forts. Bien sûr, elle n’est déjà plus à l’âge où l’on se projette dans mille vies de princesse ou dans de majestueuses demeures. Elle se contente de lorgner sur les petites maisons de l’autre côté de la route. La proximité de ce rêve inaccessible la plonge dans des abîmes de perplexité.

Bout des Pavés, Nantes, 2016, F.Pacreau

Bout des Pavés, Nantes, 2016, F.Pacreau

De sa construction en précipice, elle oscille entre d’imaginaires mais vitales perspectives et la contemplation lucide de la réalité qui l’entoure. En fixant le sol, la voilà prise de vertige. Elle est soudainement accablée par la peur de tomber plus bas, de s’écraser sur les pelouses crottées par les chiens du quartier. Elle, les chiens, les chats… Tous sont ici séquestrés. Quant aux plantes, un démiurge a déjà décidé des essences et variétés, des emplacements, des espacements. L’entretien du décor n’est pas non plus de son ressort. C’est l’affaire d’un personnel habilité. Qu’y a-t-il donc ici à penser, à inventer ?

Cafard du jour.

Vue aérienne, Patrick Mignon, c’com chat

Vue aérienne, Patrick Mignon, c’com chat

A la nuit tombante, elle revient se poster à sa fenêtre pour contempler les lignes de lampadaires qui s’allument les unes après les autres. La ville brave les rythmes circadiens en faisant apparaître une nouvelle Voie Lactée. Ainsi s’apaisent des milliers de peurs instinctives du noir. Le halo lumineux rose orangé voile le ciel nocturne et ses constellations. Ces myriades de phares dans la nuit hypnotisent jusqu’à l’épuisement les insectes et perdent dans leur trajectoire les oiseaux migrateurs. Visuellement merveilleuse, la pollution lumineuse reste un horizon d’illusions.

Dans la demi-pénombre de l’appartement, la jeune fille déambule pour aller se servir un verre d’eau. Elle perçoit aisément la vie animée autour de l’évier mais le petit effroi et le dégoût qui l’accompagnent, l’empêche de qualifier ces existences. Commensalisme, parasitisme ?

Cafards du soir.

Son plan d’action ? Aller simplement se coucher en faisant abstraction du bruit et des conversations aux étages inférieurs et supérieurs. Croire encore et toujours en demain. Le jour levé, éviter la flaque d’urine dans l’ascenseur. Conserver sa compassion pour les chiens du quartier qui s’y sont oublié. Préférer virevolter jusqu’au rez-de-chaussée en passant par la cage d’escalier taguée. Au collège, comme dans la chanson, espérer qu’à coup de livres (elle franchira) tous ces murs même si rien n’est moins sûr. Rêver toujours plus de nature.

Se savoir force de vie et capable de dégager l’horizon.

Fanny Pacreau

Pour approfondir : 

Dossier La Pollution lumineuseA.N.P.C.E.N, juillet 2007

Site de l’Association Nationale pour la Protection du Ciel et de l’Environnement Nocturnes

M au Carré, blog de sociologie urbaine

Kaes, René, Vivre dans les grands ensembles, Paris, Editions Ouvrières, 1963.

Envole-moi, Jean-Jacques Goldman, 1984.

 

Mes précédents carnets

La Rive, Carnet n°15, Fanny Pacreau, Février 2016.

Fritillaria meleagris L., 1753, Carnet n°14, Fanny Pacreau, Janvier 2016.


Une réflexion au sujet de « Horizons »

  1. c’est terrible d’avoir à dire « beau papier ! »
    le thème de la pollution lumineuse m’est aussi très cher. Le petit village où nous habitons (580 h) n’a pas vraiment de centre : l’église et le stade de foot en face…Mais en 2005 environ le maire a décroché une subvention importante pour enterrer le réseau edf et par la mm occasion s’équiper de lampadaire dignes de l’opération. On n’a pas lésiné. 20 lampadaires (dont la moitié doubles ou triples), à l’ancienne, crachent toute la nuit des KW pour deux chats, au mieux. Je me bagarre contre cela, mais c’est désespérant de mauvaise foi…On pourrait, à moins s’enivrer de haine contre ce « progrès »…
    Il existe une association qui commémore le « jour de la nuit » (en septembre).
    La « fée électricité » est décidément une horrible sorcière, qui répand la pire des pollutions.
    Merci – tristement – pour cette belle lecture !

    PS
    Dans ma hargne contre ces faux progrès la revue Le capital des mots a publié quelques billets (p exemple http://www.youscribe.com/catalogue/tous/actualite-et-debat-de-societe/essais/fonds-de-pension-et-poissons-rouges-2642370 et la plate forme VIMEO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *