Obsolescence

trash-296726_640Un lot de trois boîtes de conserves attend sur le plan de travail. Leurs petits ventres ondulés portent la même étiquette de papier indiquant leur contenu en lettres et en images. Le désir, plus ou moins ardent, de consommer ces Champignons de Paris entiers, exige de perforer la pellicule de plastique pour rendre à chaque boîte son indépendance, puis, d’en choisir une et de l’ouvrir à son tour. Le suremballage atterrit dans la poubelle. Quant à la gangue métallique, la voilà mise de côté pour rejoindre les déchets triés. On s’exécute avec rapidité et dextérité, sans même y penser. Nos gestes quotidiens sont une grammaire riche de ces explétifs. Périphéries d’instants où nous donnons sens en conscience ? A moins que ces inadvertances ne soient plus essentielles et structurantes…

Ephémère comme l’insecte éponyme, le produit consommé devient déchet. Nous ne saisissons de lui qu’une forme donnée à un moment précis. Sa perception s’apparente à une incertaine théorie. Extrait de sa nuée, le produit émerge au cœur de nos vies comme entité indépendante des circuits de sa production, puis de son traitement en tant que déchet. Les emballages sont les traces de ses énièmes mues. Encore un effort technologique pour l’éco-concevoir, travailler sa biodégradabilité et il pourrait être une forme de vie nouvelle sur terre, labile et évanescent comme la mouche de mai.

Le crayon, la boîte de champignons, l’ampoule au plafond et la multitude des autres marchandises qui peuplent nos existences, sont sous le joug de ce qu’il convient d’appeler l’obsolescence. Ce système d’ampleur, lentement construit, colonise désormais le monde vécu comme une création ayant plus ou moins échappé à ses concepteurs. Fréquemment dénoncée, l’obsolescence bruisse comme une vérité entraperçue. Elle ravive la certitude d’un avant, qu’on ne saurait précisément dater, où les choses manufacturées étaient plus durables, moins rapidement périssables ou hors d’usage. Elle interroge sur le délitement d’habitudes économes, précautionneuses, respectueuses des choses et, à travers elles, du travail des hommes. L’obsolescence renvoie à l’idée d’abondance et explique sans la justifier notre propension à jeter. Les déchets se développent proportionnellement aux biens de consommation et se trouvent même décuplés par la frénésie des emballages. À la déchetterie, l’obsolescence est un système en marche que l’usager subit, abreuve et dompte à la fois. Parfois, il m’arrive d’entendre là-bas cette petite phrase aveuglante de densité : C’est fou comme les gens jettent gras !

Dès 1962, Vance Packard montre l’obsolescence du doigt et plus encore, la dissèque dans son ouvrage The Waste Makers. Il explique comment pour se relancer, l’économie américaine doit consommer. Les industriels constatant vite qu’un produit usé équivaut à un produit vendu, l’incitation au gaspillage et son organisation deviennent des impératifs stratégiques. Ceux-ci s’érigent en principes collectifs alimentés et alimentant la production surabondante de biens de consommation, dont Packard révèle les différents stratagèmes. D’abord, il importe de fournir aux acheteurs des justifications et des arguments légitimant une consommation en perpétuelle expansion et décomplexant l’esprit de dilapidation avec l’émergence, notamment, de produits à usage unique. En France, le baron Bich, autrement surnommé Prince de l’éphémère, achète les brevets de diverses inventions et les commercialise. Il vend à des prix dérisoires ou démocratiques – comme il convient alors de dire – le stylo Bic, le rasoir ou encore le briquet jetable.
512px-Obsolescence_programmée_des_télévisionsPackard distingue plusieurs types d’obsolescences. L’obsolescence fonctionnelle consiste à rendre un produit caduc par la proposition d’un autre plus perfectionné. Aujourd’hui, notamment en France, le jeu des normes tend à la renforcer. L’obsolescence de qualité vise, quant à elle, à diminuer la performance matérielle des articles pour précipiter leur remplacement. Les ingénieurs sont sommés de travailler les produits, non plus dans l’idée du durable mais du périssable. L’obsolescence de désidérabilité insiste sur la nouveauté des produits, leurs améliorations ou leurs particularités esthétiques. Elle dévalue l’aspect démodé des produits antérieurs. Un bien de consommation n’a pas l’exclusivité d’un type d’obsolescence. Il est même fréquent de les voir se surajouter. Aujourd’hui, on évoque plus volontiers l’obsolescence programmée. Il ne s’agit pas d’un terme générique désignant le principe général de l’inscription organisée des produits en déchets. Le terme est plus spécifiquement associé au matériel informatique ou à l’équipement ménager. Ainsi, l’imprimante de bureau ou le photocopieur seront programmés pour ne plus fonctionner à partir d’un certain nombre d’utilisations. En général, le coût de réparation n’étant pas concurrentiel vis-à-vis d’un nouvel investissement, l’appareil est dans la quasi-totalité des cas remplacé. C’est cette obsolescence et seulement elle que la loi française veut interdire désormais. Vance Packard ajoute que, pour empêcher les achats raisonnés, on crée et l’on entretient la confusion des prix. C’est dans ce contexte propice que la vente à crédit se développe et se normalise. L’économie hédoniste inculque le goût pour les plaisirs, encourage le désir de possession, promeut la vie facile, insuffle l’aspiration au changement, se réjouit de toutes les occasions pour vendre plus encore, suscite le plaisir dans l’acte d’achat par des musiques, des ambiances…

Le système déjà fortement élaboré se retrouve cinquante ans plus tard, toujours d’actualité. Dans les années 1990, la société de consommation (Baudrillard, 1970) devient société d’hyper-consommation. L’inventeur de ce terme, Gilles Lipovetsky, explique que, depuis deux décennies, le moindre objet est travaillé dans ses couleurs, ses formes et son design, puis modifié et corrigé en permanence. Même le produit jetable change constamment d’apparence (brosse à dent, kleenex, papier toilette…).

Seulement, le temps du monde fini commence (Valery, 1931). A mesure que croît le sentiment de limites aux ressources naturelles, l’idéologie du durable s’impose. L’ordre en marche de cet empire de l’éphémère s’englue dans la fiction de certaines déraisonnables promesses. Engagés sur la route du plaisir à emporter, prenant toute la distance possible avec nos déserts intérieurs et nos peurs, voici que l’on éprouve obscurément au cœur de nos petits bonheurs, un trouble fragile, comme une menace fugace derrière un visage souriant. Une fois consommées, les choses susurrent que rien ne dure et voilà qu’au mépris de nos efforts pour éloigner nos angoisses, ressurgit comme une évidence, qu’à leur image, nous ne sommes qu’une vermine provisoire (Comte Villiers de l’Isle d’Adam, 1883). Après ces rêves d’abondance, le réveil désagréable nous montre vulnérable non plus seulement en tant qu’hommes mais aussi en tant qu’espèce. Plus nous cherchons à lui échapper, plus nous nous rapprochons de cette idée comme d’une certitude, seul l’éphémère dure (Ionesco, 1962).

Fanny PACREAU

Pour approfondir :

Bientôt des aides publiques orientées vers l’usage des produits ? Rachida Boughriet, 04 mars 2015.

Site obsolescence programmée

Prêt à jeter. L’histoire méconnue de l’obsolescence programmée, film de 75 mn de Cosima Dannortzer, Arte, 2010.

La tragédie électronique, film de 86mn de Cosima Dannortzer, Arte, 2014.

Bon pour la casse, les raisons de l’obsolescence programmée, Serge Latouche, édition les liens qui libèrent, 2012.

Mes précédents carnets  :

S’ériger en gardien, Carnet n°6, fanny Pacreau, Mai 2015.

Le miel de déchetterie, petite histoire de déchets dont le devenir naturel nous échappe… Carnet n°5, Fanny Pacreau, Avril 2015.

Cimetière, Carnet n°4, Fanny Pacreau, Mars 2015.

A toute forme utile, Carnet n°3, Fanny Pacreau, Février 2015.

Marie abandonnée, Carnet n°2, Fanny Pacreau, Janvier 2015.

Sur la plage, coquille vide et laisse de mer, Carnet n°1, Fanny Pacreau, décembre 2014.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *