Fritillaria meleagris L., 1753

Les bottes s’enfoncent dans la prairie humide et spongieuse puis emportent un peu de l’humus détrempé jonchant une serpentiforme petite forêt. La ripisylve aux branches nues est traversée par une lumière blanche, hivernale. Fritillaria meleagris L. reste invisible mais n’en est pas moins présente. Ses modestes bulbes aux alcaloïdes vénéneux sont immergés quelque part dans la nuit d’un sol gorgé de l’eau trouble des crues où ils baignent sans pourrir. L’oisiveté monotone de l’hiver et le silence des grives les dissimulent parmi la foule d’autres indispensables dormances.

Fritillaire

Fritillaire pintade, Patrick Mignon, c’com chat

Fritillaire

Fritillaire pintade, Patrick Mignon, c’com chat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pourtant, Fritillaria meleagris L. se prépare. Dans quelques semaines, sans attendre la fin de l’hiver pour sortir de sa somnolence, sa tige gracile, habillée de rares et fines feuilles vert gris, sortira de terre. Souvent solitaire, sa fleur panachée en damier pourpre et blanchâtre dessillera alors soudainement nos yeux sur la fantaisie du monde, délivrant son parfum subtil et discret, un ravissement. Une fois perdue parmi la multitude de ses clones, l’étrange attraction de la fleur se dissipera pour aller empourprer délicatement la prairie.

Déjà, Fritillaria meleagris L. tapisse les documents de communication estampillés « forêts gérées » et « encres végétales » de nombreuses structures environnementales. L’hygrophile Fritillaria meleagris L. est un indicateur des prairies humides dont elle est devenue l’emblème. Son esthétisme graphique et singulier se révèle être un véritable atout pour cette mission de représentation. Séduisante, sa présence incite à sa protection et incidemment à la préservation de son habitat. Bien sûr, l’homme l’a domestiquée et il existe des bulbes cultivés. Cependant, elle reste assez récalcitrante à l’errance géographique et se complaît avec une certaine obstination dans son éden fragile. Son exigence écologique et le goût du jour horticole la tiennent loin de la mise en scène des plates-bandes et des jardinières. Elle reste « naturelle » et fidèle à son milieu d’origine, comme sûre de sa place en ce monde.

P.A GETTE 05.2002

Fritillaire pour une Nymphe, Paul-Armand Gette, 05/2002

Malgré sa discrétion, elle n’en est pas moins ancrée dans la culture populaire. En témoignent ainsi ses nombreuses dénominations. Elle est le « perrot » saintongeais ou encore la « gogane » angevine, correction de clocane, du latin cloca, c’est-à-dire la cloche en référence à sa forme. Elle partage avec le fusain d’Europe, le vocable de « bonnet d’évêque » par analogie de forme avec le couvre-chef quadrangulaire des hommes d’Eglise. Quelques-uns de ses noms vernaculaires, hors de ces pieuses références, renvoient cette fois au gallinacé : « pintadine », « fritillaire pintade ». Ce rapprochement est le fait de Carl Von Linné. En 1753, il lui attribue sa dénomination latine Fritillaria meleagris L., dérivé de « fritillus » signifiant « cornet à dés », autre déclinaison de la cloche ou du bonnet, et « meleagris » voulant souligner la similitude entre les motifs de ses pétales et ceux des plumes de la pintade.

Fanny Pacreau


5 réflexions au sujet de « Fritillaria meleagris L., 1753 »

  1. Fanny, tu as toujours cette facilité à écrire des textes évoquant des caractéristiques techniques parfois pointues, mais avec toujours beaucoup de délicatesse et de poésie. Je prends toujours du plaisir à lire ces petits carnets. Merci pour ce partage !

    • Difficile de me résoudre à la seule écriture scientifique. Les carnets tolèrent davantage subjectivité et sensibilité… Tes aquarelles et la photographie de Paul-Armand Gette apportent d’autres dimensions qui m’importent tout autant.

  2. Bonjour Fanny,
    Nature et culture s’associent ensemble, entremêlant la beauté de la plante, la sensibilité du texte et la sensualité de la photo.

  3. merci pour ce beau document
    concernant l’orientation, les contenus futurs de vos billets il me semble que c’était un peu inscrit, au départ, d’une manière secrète mais nécessaire.
    Donc je suis pour.
    Mais abandonner pour autant et officiellement l’attaque frontale contre le dé-chet, le déchu, et donc ce que nous considérons comme raté dans la vie, me parait peut-être regrettable. Pourquoi ne pas offrir une (ou des) ouverture (s) sur les gestes, les vocables les façons d’être avant et apres le déchet ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *