Les déchets « sauvages »

D’innombrables tiges d’asphodèles en fleur hérissent les talus bordant les chemins que nous empruntons à vélo. L’enchanteresse haie d’honneur donne une certaine solennité à notre petite expédition familiale. Dans le détour d’une route agricole, un large dépôt d’immondices vient interrompre notre promenade. Bien que paresseux en cette saison, le soleil encourage les exhalaisons capiteuses et nauséabondes de l’hétéroclite épandage. Surgissant du fossé, un visage familier apparaît, celui d’un voisin, apiculteur amateur à ses heures (cf. Le miel de déchetterie in carnet n°5). Le couteau à la main, nul doute qu’il s’emploie à éventrer les sacs poubelles d’où proviennent ces déchets. Après nous avoir salués, il nous dit sa colère et revendique ce drôle de dépeçage. Il y cherche un indice et compte bien découvrir l’identité du dépositaire afin de le contraindre à ramasser ses ordures. Il ne fait pour lui aucun doute que la réparation d’une telle faute permet son constat, sa mesure et en définitive aide à la prise de conscience.

Son discours me rappelle une discussion avec le gardien de déchetterie et son adjoint, régulièrement confrontés à des dépôts devant les grilles de la déchetterie :
Le gardien. – C’est pas à moi de ramasser la merde des autres, surtout à l’extérieur de la déchetterie.
Moi. – Vous seriez partisan carrément…
Le gardien. – Oui d’aller la remettre chez eux, moi oui.
Son adjoint. – Tu remplis le godet. Si c’est pas loin, t’arrives devant chez eux, tu sonnes et tu dis : Bonjour, c’est à vous ça. Hop terminé !
Le gardien. – Quitte, t’en mets un peu plus…
Moi. – (rires) Les intérêts ?!
Son adjoint. – Bah c’est vrai : c’est énervant !
Devant la déchetterie, les usagers se méprennent souvent sur les jours ou les heures d’ouverture mais déposent malgré tout leur chargement devant les grilles : un comportement traduisant une forme d’éducation encore imparfaite, un début d’intention insuffisamment aboutie au regard de la règle. Sur cette voie agricole, c’est comme si l’auteur de ce délestage prohibé avait fui les lieux de dépôt institués et les zones habitées, comme si la nature le protégeait du regard des hommes. S’est-il cru aux tréfonds de l’humanité, pensant ainsi un nulle part où il ne nuirait à personne ? Pourquoi la discrétion (que la nature) garantit encore, qui fut autrefois chez Rousseau, par exemple, une condition de réconciliation, ne mène ici qu’à un amoncellement de déchets. Lorsque la perte de scrupules devient suffisante pour passer à l’acte, une colère rentrée pourrait presque prendre forme au moment de jeter le déchet (Chauvier, 2012).

Pour nous qui constatons l’ouvrage, la magie des asphodèles en fleurs s’est brutalement rompue au profit d’une autre fascination. C’est à son potentiel dramaturgique que le déchet doit de pouvoir détourner à son profit l’intérêt porté à un paysage. Associé à la force du contraste, voici qu’une toute petite chose, un papier d’emballage, un cadavre d’oiseau concentre l’attention. Le regard converge vers elle, renvoyant dans ce mouvement, à un lointain arrière-plan, la globalité où elle était plongée. Irradiant de dualisme, suggérant la double nature des choses (mort/vie, beau/laid, propre/sale…), ainsi rayonne la verrue dans le paysage.

La bouteille plastique, un classique du "déchet sauvage des fossés"

La bouteille plastique, un classique du « déchet sauvage des fossés »

Tandis que je me laisse aller à ces diverses considérations et réflexions, mon voisin apiculteur étale soigneusement le tas. Un vent léger fait s’envoler quelques emballages sur « notre » côté de la route. La pédagogie et la vérité ont leurs exigences… Il obtient bientôt un nom, un prénom et une adresse sur un document EDF. Il trouve également des DVD pornographiques. Fort de ce constat, il affirme que la personne responsable de ce dépôt sauvage « ne doit de toute façon pas être trop équilibrée ». La pertinence de ce lien m’échappe confusément. Les serviettes hygiéniques, ajoute-t-il, indiquent qu’il s’agit d’un couple. Petit à petit, il donne vie aux ordures, leur donne corps et histoire.
Mes enfants sont mutiques, mettant peut-être en pratique cette civilité puérile qui exige que, lorsque les adultes parlent, les enfants se taisent. Il se peut aussi qu’ils n’aient rien à dire ou qu’ils soient tout à l’observation de ce petit événement. Quand, plus tard, je les interroge sur ce qu’ils ont vu, l’obscénité de certains déchets semble leur avoir échappé, la saleté un peu moins si j’en juge leur mine dégoûtée. Ils m’énumèrent ce dont ils se souviennent : trois bouteilles plastique, du papier essuie-tout et trois paquets de bonbons Chamallows qui, bien que vides, d’après l’enthousiasme de leur formulation, éveillent la convoitise d’un trésor perdu… Sur le talus, les ordures étalées s’apparentent à un miroir tendu, jouant du reflet de ceux qui veulent bien s’y pencher.

Fanny Pacreau

Pour approfondir :
Chauvier Eric, Le déchet dans la zone périurbaine comme fragment d’histoire, Université de Lausanne, Faculté de théologie et de sciences des religions, communication personnelle, 2012.

Mes précédents carnets  :

La glanure de l’ordure, Carnet n°11, Fanny Pacreau, Octobre 2015.

Histoires de dépotoirs, Carnet n°10, Fanny Pacreau, Septembre 2015.

Destination vacances, Carnet n°9, Fanny Pacreau, Août 2015.

Cache-misère ou l’intégration paysagère des lieux de déchets, Carnet n°8, Fanny Pacreau, Juillet 2015.

Obsolescence, Carnet n°7, Fanny Pacreau, Juin 2015.

S’ériger en gardien, Carnet n°6, Fanny Pacreau, Mai 2015.

Le miel de déchetterie, petite histoire de déchets dont le devenir naturel nous échappe… Carnet n°5, Fanny Pacreau, Avril 2015.

Cimetière, Carnet n°4, Fanny Pacreau, Mars 2015.

A toute forme utile, Carnet n°3, Fanny Pacreau, Février 2015.

Marie abandonnée, Carnet n°2, Fanny Pacreau, Janvier 2015.

Sur la plage, coquille vide et laisse de mer, Carnet n°1, Fanny Pacreau, décembre 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *